Menu Fermer

Minimalisme et Design

Un historique du Minimalisme

Tout le monde a déjà entendu parler du Minimalisme, concept très en vogue ces derniers temps. Le Minimalisme est souvent utilisé à toutes les sauces, de la musique à l’art culinaire, en passant par la haute couture. Pourtant le Minimalisme trouve ses racines depuis le tout début de l’architecture.

Dès l’Antiquité, les architectes se sont efforcés de donner aux bâtiments une pureté de forme et des géométries claires. Par exemple, l’épure de la basilique de Constantin de Trèves en Allemagne est une illustration du Minismalisme de l’époque romaine. De même, l’Abbaye du Thoronet en France date elle du Moyen-Age. Au XIXe siècle, Friedrich Schinkel, Leo von Klenze ont conçu des bâtiments aux formes réduites.

  • Constantine Basilic
    Constantine Basilic

C’est le viennois Adolf Loos (1870/1933) qui conceptualise la première fois le Minimalisme. Dans « Ornement et Crime », son pamphlet contre l’ornement, Loos soutient que l’ornementation doit être issue du matériau et non « plaqué dessus ». Il pense que les conditions de production de son époque ne sont plus propices à l’abondance. Afin de satisfaire la société de consommation émergente, il est important de tendre vers une efficacité et donc une rationalité de la construction. Il suit ainsi la mouvance industrielle de production à chaîne

Avant Loos, Louis Sullivan (1856/1924), un architecte américain, le « père des gratte-ciels » et pour certains « le père du modernisme », dès 1896, incarne une volonté de retour à la vérité constructive. En d’autres termes, il recherche un accord entre une fonction et sa forme. Ainsi, Sullivan refuse déjà les ornements ou leur donne des fonctionnalités. . .

LESS IS MORE / MOINS C’EST PLUS = Minimalisme

C’est Ludwig Mies van der Hohe (1886/1969) qui pousse plus avant la reflexion. L’architecte qui a remodelé Chicago est le premier à parler de « Less is More » pour résumer une architecture dépouillée et minimaliste. Il parle d’un besoin d’une « structure claire » pourtant attentive aux détails, aux matériaux, aux usages, à la fluidité des espaces.

Ainsi, Mies s’empare des matériaux industriels de son époque, le béton, l’acier et le verre. En les utilisant, il produit l’essence de l’architecture du capitalisme, celle des gratte-ciels d’habitations et de bureaux. Le tout dans des formes à la fois radicales et dépouillées, dans un refus absolu de l’ornement et de toute forme gratuite qui n’est pas nécessité par la structure.

  • Mies van der Rohe Barcelona
    Mies van der Rohe Barcelona

Surtout, très tôt, l’obsession de Mies est de trouver des solutions pour ouvrir les espaces, les décloisonner. Il remplace les murs des façades par des enveloppes de verre, abolissant ainsi la limite entre intérieur et extérieur. A l’intérieur même de ses bâtiments, il réduit les structures porteuses à de simples poteaux. Il fait disparaître ce mur porteur qui détermine les pièces et les usages, ferment l’intérieur des maisons, empêchent la déambulation.

Pourtant ce « Less is More » n’a été possible que seulement après le Bauhaus, ce mouvement d’architecture et de design épurée conceptualisé après la première guerre, dans l’Allemagne de la République de Weimar. On en trouve encore son influence aujourd’hui

  • Bauhaus Dessau
    Bauhaus Dessau

FloatYourHomeBerlin minimaliste?

FloatYourHomeBerlin suit aussi cette même recherche vers un Minimalisme, cette fois actualisé aux tournants du 21ème siècle. Un minimalisme zéro carbone pour en faire une maison durable et auto-suffisante..

Aussi le design est minimaliste en évitant les ornements et en se réduisant a l essentiel. Surtout, l’intérieur en lien constant avec l’extérieur laisse la Spree faire partie des murs. Ainsi, la nature environnante devient un élément de décoration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *